Dépêche AFP

FRFR
FRS0860 4 G 0405 FRA / AFP-VZ15
Justice-avocat LEAD
Arrêt le 26 mars sur la radiation de Me Méry

Paris, 26 fév (AFP) - La cour d'appel de Paris se prononcera le 26 mars sur l'appel formé par un avocat parisien, Me Bernard Méry, contre sa radiation prononcée par le conseil de l'Ordre des avocats de Paris le 17 décembre dernier.

La radiation de Me Méry pour des motifs mal définis, résumés sous le terme de "manquements à l'honneur", est devenue une sorte d'affaire d'Etat au palais de justice de Paris et l'audience de mercredi devant la 1ère Chambre de la cour d'appel avait attiré plus de cent spectateurs.

"La plaisanterie a assez duré" a déclaré Me Méry devant la cour, en reprenant un à un les "manquements à l'honneur" qui lui sont reprochés dans ses dossiers.
Me Méry a expliqué avoir en effet dénoncé "un notaire aujourd'hui devant la cour d'assises", un avocat qui faisait des faux pour spolier un client au bénéfice de l'activité commerciale qu'il menait parallèlement à sa profession, un magistrat de Saint-Denis de la Réunion qui décorait d'étoiles de David la signature d'un avocat au nom israélite, un autre qui avait des intérêts dans l'affaire qu'il jugeait, la Ville de Paris qui aurait mis au point une technique illicite pour rompre ses baux comemrciaux, etc...
"Où est le manquement à l'honneur ? Il est facile de globaliser et de dire que je suis un fou furieux", a-t-il conclu.
Alors que l'avocat général réclamait la confirmation de la radiation, Me Bernard Jouanneau, avocat de Me Méry, a plaidé que l'Ordre des avocats lui-même, pour arriver à cette radiation, n'avait pas respecté les principes élémentaires.
L'instruction, non contradictoire, a été conduite par un avocat honoraire qui n'avait pas le pouvoir, les fautes disciplinaires ont été jugées par le Conseil de l'Ordre alors qu'elles étaient prescrites et amnistiées par la loir du 6 août 2002, a relevé Me Jouanneau.
On reprochait par exemple à Me Méry d'avoir récusé des magistrats, "alors que ce n'est pas injurieux, c'est l'exercice normal de la procédure", a expliqué l'intéressé.
Me Méry s'est fait connaître notamment en dénonçant avec virulence dans deux livres, ce qu'il estime être l'influence de la franc-maçonnerie sur la justice. Docteur en droit, il obtenu 10% des voix aux élections professionnelles du 25 novembre 2002, quelques jours avant d'être radié avec exécution immédiate, ce qui est exceptionnel.

OR/gbo/ei

AFP 261813 FEV03